OROITZA

Cercle de Recherches 

sur l'Histoire de Hendaye

Liens

Contact

Accueil

 

La préhistoire autour de Txingudi – LES SIECLES AVANT J.C.

Période

Péninsule Ibérique

Baie de Txingudi Bidassoa

Europe Occidentale


 

 

Le Jaizquibel lieu de vie

De Neandertal à Cro-Magnon

 


 

 

56 av. J.C.

 

 

 

29-19

av. J.C.

Peuples Ibères,

Celtes et                    

 


Vascons dans le versant sud des Pyrénées et jusqu’à l’Ebre

 

La conquête du Nord-Est par Auguste complète l'Hispanie

 

                     (rive droite)

Les Vascons (rive gauche)

 

 Conquête du Sud-ouest

-« L’Aquitaine » romaine-

par Crassus lieutenant de Jules César

D'après Strabon, la Bidassoa est la frontière entre l'Aquitaine et l'Ibérie

                         des Pyrénées à  la Garonne, Celtes                        au-delà.

 

           dans les Pyrénées

 

 

 

Expansion de Rome vers le Rhin et le Danube

 

 

 

 

 

LA PREHISTOIRE

Sur le mont Jaizquibel, comme dans toute l’Europe, on a trouvé des ustensiles en silex et en os de la période paléolithique et des dolmens et des cromlech avec des ustensiles du néolithique et des âges du bronze et du fer

 

Le Paléolithique

Les plus anciens restes de l’activité de l’homme chasseur-collecteur et nomade dans le pourtour de l’estuaire de la Bidassoa et de la Baie de Txingudy ont été trouvés dans le mont Jaizquibel.

Les plus anciens seraient deux racloirs et un instrument de 10 sur 8 cm légèrement arrondi sur les deux côtés les plus longs et pointus. Ces ustensiles pourraient dater de plus de 150 000 ans (fin du Paléolithique Inférieur) et sont l’œuvre de l’homme de Neandertal, antérieur à l’homme de Cro-Magnon, l’ancêtre de l’homme actuel.

A côté de ces restes on a d’autres racloirs, grattoirs et burins du Paléolithique Supérieur trouvés dans le cap du Figuier et datés de 17 000-15 000 ans, quand la côte était jusqu’à 13 km plus loin à cause des glaciations, et que la neige couvrait plus des six mois par an les Trois Couronnes (Peñas de Aya) et les glaces perpétuelles étaient toutes proches.

Cette même période voit surgir l’art sur les parois des grottes et aussi sur des os ou sur des pierres.

Les exemples les plus proches de l’art pariétal se trouvent dans le versant des Trois Couronnes -la grotte d’Altxerri- et, un peu plus loin dans la vallée de l’Arberoue, les grottes d’Isturitz et Oxocelhaya où l’art pariétal est complété avec des gravures sur pierre et sur os et avec une flûte (le txistu des cavernes !)

 

Le Mésolithique

Epoque où la chaleur revient et l’homme devient aussi mareyeur.

Toujours du côté du mont Jaizquibel on trouve des restes cette période.

 

Le Néolithique

La côte actuelle se délimite. Les chênes, les hêtres et les châtaigniers apparaissent, l’homme devient sédentaire et la société plus complexe quand la chasse et la cueillette cèdent les pas à l’élevage et surtout à l’agriculture : c’est la révolution néolithique.

Le cadre géographique fait primer l’élevage transhumant et donc la semi-sédentarisation qui se reflète dans de petits hameaux comme ceux, datant d’il y a 5 000 ans, dont on a trouvé les restes sur le versant de Jaizquibel -Jaizubia à Fontarabie- ou entre les ruisseaux de Dumboa et Artia à Irun.

L’Age des Métaux et les constructions mégalithiques

Le premier minéral utilisé fut le cuivre à l’état naturel et à cette période, appelée aussi Chalcolithique -de 2 500 à 1 800 ans-, correspondent les cinq dolmens (peut-être sépultures, à base de gros blocs de pierres verticales qui supportent un autre bloc horizontal) du mont Jaizquibel.

Associés au bronze, d’autres dolmens -à Urrugne- et cromlechs (blocs de pierre plus ou moins grands en cercle au centre duquel il peut y avoir une urne contenant les cendres d’un défunt) à Jaizquibel, Trois-Couronnes et Biriatou.

Autour du premier millénaire av. J.-C. les Celtes apportent le fer dans les Pyrénées Occidentales et à la fin du millénaire les romains arriveront et en écrivant ce qu’ils voient dans cette contrée la feront entrer dans l’histoire.

Données extraites de J. Altuna : Historia de Hondarribia. Sous la direction de J.L. Orella. Mairie de Hondarribia.

 



LES SIECLES AVANT J.C.


 Proto-basques et Vascons   La Conquête romaine

  

Les sociétés primitives de l’actuelle Europe occidentale vont être intégrées dans la civilisation romaine à des degrés divers ; c’est la romanisation, qui marque le début de la civilisation européenne, et qui apporte des techniques de tous ordres, la gouvernance, le latin, le droit, l’idée de citoyenneté et finalement le christianisme. 

 

L’Aquitaine bien avant la présence romaine était habitée par plusieurs peuples qualifiés aujourd’hui des proto-basques qui s’étendaient aussi sur le versant sud des Pyrénées et jusqu’à l’Ebre. Ces peuples partageraient un tronc linguistique commun qui serait le précédent de l’actuelle langue basque. 

Ceux que les romains appelaient les Vascons habitaient dans les Pyrénées.

La tribu proto-basque des Tarbelles occupait à l’arrivée des romains les actuels sud de Landes, Pays Basque nord et la Chalosse, sa cité étant l’actuelle ville de Dax.

Déjà 3 siècles avant J.C. (d'aucuns disent 5), ce pays avait été traversé par d'incessantes hordes venues du nord-est de l'Europe : les Celtes, peuple Indo-Européen, que César baptisera du nom de Gaulois.

 

 

 

source  : http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/monde/langues_celtiques.htm

 

 

Par petits groupes, les Celtes, installés en Aquitaine au VIe siècle, pénètrent dans le Nord et l'Ouest de l'Ibérie. Ils occupent trois régions au Nord, à l'Ouest ainsi qu'au centre de la péninsule, soit les deux tiers. Ils construisent des castros, sorte d'hameaux fortifiés. Les rapports avec les habitants, les Ibères, sont harmonieux et au IIIe siècle, la fusion du peuple celtibère est achevée, la voie d'accès étant principalement notre région. Ce furent les premières populations connues avec les Ibères, arrivés bien avant eux qui s'établiront dans la péninsule, apportant avec eux des innovations techniques et culturelles.

Plutôt que militaires, il s'agirait de mouvements migratoires suscités par des peuples à la recherche de terres, de soleil, pour améliorer leurs conditions de vie.