OROITZA

Cercle de Recherches 

sur l'Histoire de Hendaye

Liens

Contact

Accueil

XIXe SIÈCLE

LA SOCIETE INDUSTRIELLE CAPITALISTE

LA SOCIETE DE CLASSES et L’ETAT-NATION

LE LIBERALISME ECONOMIQUE

 Période Espagne HendayeFrance 

1800

à

1870

1808-1813  Fin de l'alliance avec la France :

 

et révolution libérale aux Cortès de Cadix



1833              d’un système politique et d’une société libérale face à leurs opposants : les 

1808-1813  « Guerre d’               » :  passage des soldats et d’équipements jusqu’en 1813 où Wellington en vainqueur de Napoléon traverse la Bidassoa


1856 Traité des             : la frontière sera au centre de la Bidassoa et la navigation et la pêche libres pour les riverains


1864             Internationale

 

1867 Premier agrandissement de la Commune de Hendaye

1804-1805  Ier Empire


1815-1830  La Restauration des Bourbons


1830-1848  Monarchie de Louis-Philippe d’Orléans


1848-1852  La révolution démocratique :  

                   IInde République


1852-1870   IInd Empire : l’industrialisation

1870

 à

1900

1868  Révolution démocratique :

         Ière République.


1876  La Restauration : le retour des Bourbons et d’un système libéral conservateur.

La défaite du Carlisme et l’industrialisation

1871-1875                                est maire de Hendaye


1873. Station Navale de la Bidassoa


1880 Laïcisation de l’école municipale


1881  Ecole libre chrétienne


1891 Pierre Loti commande la Station Navale


1896  Dernier agrandissement de la Commune de Hendaye


1899 La Ville de Paris crée à la plage son Sanatorium de l’Assistance Publique

 
 

1870 Défaite devant la Prusse : fin du  IInd Empire, proclamation du IIème Reich allemand qui annexe l’Alsace et la Lorraine


La Commune de Paris


IIIème République

 

 

1885  L’Impérialisme colonial et la rivalité avec la Grande Bretagne et le   IIème Reich

1808 : Au mois d’avril la famille royale espagnole (ainsi que des nobles, des ecclésiastiques et des intellectuels francisés) traversent la Bidassoa en direction de Bayonne. D’après le Traité de Fontainebleau -1807- L’Espagne et la France se répartiraient le Portugal, mais les luttes internes pour le pouvoir en Espagne (le Prince des Asturies -futur Ferdinand VII- et ses partisans contre Charles IV et le premier ministre Godoy, francisés contre absolutistes) inciteront Napoléon à mettre l’Espagne sous tutelle ; c’est ainsi qu’à Bayonne il obtient de Charles IV qu’il lui remette la couronne pour, à son tour, la remettre à son frère joseph qui devient ainsi Joseph 1er d’Espagne.

A partir du soir du 2 mai 1808 « la guerre contre le Français » commence à Madrid. En effet c’est à Madrid que débute le soulèvement contre l’armée française qui était en Espagne depuis 1807 pour passer au Portugal et qui sera utilisée aussi pour les nouveaux projets de l‘Empereur, vécus par beaucoup d’Espagnols comme une atteinte à leur indépendance, et de là, la « Guerre de l’Indépendance » qui sera « la Guerre d’Espagne » de Napoléon qui se prolongera jusqu’en 1813.


 

la charge des Mamelouks

La charge des Mamelouks de Francisco de Goya le 2 mai 1808

 Image Wilkipedia


Les exécutions de la Moncloa de Francisco de Goya

à l'aube du 3 mai 1808

 Image Wilkipedia


De 1808 à 1813, la Bidassoa est traversée par des centaines de milliers d’hommes, à pied et à cheval, qui transporteront autour de mille canons.


1810 : Fontarabie et Irun sont ravitaillées à partir de la rive droite de la Bidassoa puisque tous les territoires ibériques de l’Ebre aux Pyrénées font partie de l’Empire.

 

1813 : « L’armée napoléonienne est battue dans le nord-est de l’Espagne après d‘autres défaites au Portugal et dans le reste de l‘Espagne.

Les soldats français au mois de juin traversent la Bidassoa dans des barques des pêcheurs de Fontarabie.

A la fin août les soldats français n’ont pas réussi à conquérir le mont Saint Martial d’Irun d’où ils seraient partis pour essayer de freiner l’avancée sur Saint Sébastien de l’armée anglo-espagnole commandée par Wellington.

L’armée de Wellington traverse la Bidassoa et pénètre dans le Labourd et au-delà, mais ce qui restait de Hendaye et des hendayais seront épargnés grâce à Etienne Pellot.


1815 : Commence la reconstruction d’Hendaye sous le mandat du maire Pellot.

 

1815 : Une armée espagnole pénètre en France pour s’opposer à l’Empire des cents jours de Napoléon évadé de l’Ile d’Elbe.


En 1823, l’armée du Duc d’Angoulême traverse la Bidassoa pour aller en Espagne jusqu’à Cadix où il gagne la bataille du fort de Trocadéro «libérant » ainsi Ferdinand VII de la constitution qui lui a été « imposée » par la révolution libérale de 1820.

 

Lors de la première guerre carliste en Espagne durant les années 1833 à 1839,  Hendaye reçoit quelques balles des soldats anglais qui aidaient l’armée libérale espagnole à déloger les carlistes de Fontarabie.

 

1874-1876 : Troisième guerre carliste en Espagne : Hendaye essuie à nouveau des balles perdues. En 1875 Charles VII, le prétendant carliste, vaincu, traverse la Bidassoa avec quelques 10 000 partisans peu après que le curé Santa Cruz et ses amis, ses partisans, aient détruit des lignes télégraphiques, abîmé des lignes de chemin de fer et assassiné les gardes du poste de Endarlatza, là où la Bidassoa commence à diviser la France de l’Espagne.


1856 : Le Traité des Limites -ou de Bayonne de 1856 qui fait suite au Traité des Pyrénées de 1659, précise  que la Bidassoa  constitue la frontière entre La France et l’Espagne à partir de son embouchure et jusqu’à Endarlatza - où confluent les Pyrénées Atlantiques, l’Aragon et la Navarre- la ligne qui divise les deux états étant  située au centre du courant principal du cours d’eau.

Le Traité stipule aussi que les riverains des deux côtés de la Bidassoa frontalière ont les mêmes droits de navigation et de pêche qu’ils pratiqueront à jours alternés.

A partir de 1873 La Station Navale de la Bidassoa surveillera le respect du Traité.


Gare internationale d'Hendaye


Le premier train direction France-Irun arrive à Hendaye le 22 octobre 1863, et le premier train Madrid-Paris arrive à Hendaye le 15 août 1864.


Antoine d'Abbadie


En 1865, un château-observatoire, conçu par Viollet-le-Duc, commence à sortir de terre dans le lieu jusqu’alors connu comme Aragorry qui avait été acheté par le savant et voyageur Antoine d’Abbadie qui donnera son nom à ce lieu.


Guerres carlistes

Les carlistes voulaient comme roi l’Infant Charles (Vème de son nom pour ses partisans) à la place d’Isabelle II, fille de Ferdinand VII, frère aîné de l’Infant Charles.

Le carlisme était un mouvement antilibéral en politique et intégriste en religion qui va survivre jusqu’au début du siècle actuel.