OROITZA

Cercle de Recherches 

sur l'Histoire de Hendaye

Liens

Accueil

Contact

 

Période

Péninsule Ibérique

Baie de Txingudi Bidassoa

Europe Occidentale

Ie siècle

Mélange des peuples indigènes et avec les Romains

              , actuel Irun

 
 L'Empire Romain ...

 

 Les peuples germains ...

 

 

la Baie de Txingudi et les voies romaines

 

... s’étend  autour de

la Méditerranée

 et  jusqu’au Rhin

et au Danube ...

IIIe siècle

 ... approchent ...

 

La Bidassoa entre l’Aquitaine et l’Hispanie

 

 

 

 

... et aux Iles Britanniques

 

et

les peuples ...

IVe siècle

 ... et pénètrent dans l'Empire

 

 

(d’où vient le nom de Labourd)

sur le site de l’actuel Bayonne

 

 ...commencent à se  mélanger

 




PREMIER

SIECLE


OIASSO (actuel Irun) était une ville portuaire romaine sur la rive droite de la Bidassoa d’où partaient les minéraux extraits des mines des Trois-Couronnes (Peñas de Aya) qui furent intensément exploitées par les Romains.

Le Musée Oiasso d’Irun expose le passé romain de la ville  .  




DEUXIEME

SIECLE


La Bidassoa et la Baie de Txingudi constituaient le bout occidental de la voie romaine qui reliait la Méditerranée à partir de Tarragone avec l’Atlantique.




TROISIEME

SIECLE


-     La Bidassoa entre l’Aquitaine et l’Hispanie.

-     la Novempopulanie, la pierre de Hasparren 




LA NOVEMPOPULANIE


Sous-division de l’Aquitaine, elle était constituée de neuf peuples -puis de douze- de langue proto-basque, qui habitaient entre le sud de la Garonne et les Pyrénées.

La Novempopulanie sera appelée aussi « Aquitaine Novempopulaine ».

Sa romanisation conduira à l’émergence de la Gascogne.


carte Novempol 

Wikipédia : copie autorisée




LA PIERRE D’HASPARREN


www.hasparren-histoire.fr/

 

"Flamen item /du(u)mvir qu(a)estor/ pagiq(ue) magister/Verus ad August/um legato mu/nere functus/

pro novem opt/inuit populis se/ iungere Gallos/ Urbe redux ge/nio pagi hanc/ dedicat aram"


« Flamine, duumvir, questeur et magister du canton, Verus ayant accompli la mission qui lui avait été confiée auprès de l'empereur, obtint pour les Neufs peuples qu'ils se séparent des Gaulois ; à son retour de Rome il dédie cet autel au génie du canton »


Il s'agit d'une inscription découverte dans les fondations de l'autel de l'église en 1660.

Le texte est gravé sur un bloc de marbre des Pyrénées qui mesure 68,3cm de hauteur, 32,8cm de largeur et 15 cm d'épaisseur à l'origine. Il a été raboté à une date non déterminée et l'épaisseur n'est plus que de 5 cm environ. Côtés et dos sont enduits de ciment.

Les lettres ont entre 3,5 et 4cm de hauteur. La dernière ligne n'est pas de la même facture que les autres.

L'empereur aurait séparé complètement des Gaulois les « vrais Aquitains » sur le plan administratif, mais cela s'inscrit non dans la satisfaction d'une revendication locale (concilium des Neuf Peuples) mais dans un vaste programme de réformes de l'époque de Dioclétien (morcellement des grands ensembles territoriaux et formation des diocèses).

Les Neuf Peuples constituent, depuis cette réforme  une province séparée des deux Aquitaines  comme le montre  vers 312, la liste de Vérone (liste des cités romaines).

Selon G.Fabre et J.-Pierre Bost, la date de l'ambassade pourrait se situer entre 222/244 ou alors entre 270/274-282.

*G.Fabre, J.P Bost, L'inscription d' Hasparren, Aquitania, t6, 1988.



QUATRIEME

SIECLE



 Le camp romain de Lapurdum (Bayonne)


Le Camp romain accueillait les soldats romains qui défendaient la Novempopulanie dans ce temps du déclin de l’Empire Romain.

A partir du XIIe siècle la ville qui surgira sur l’ancien camp romain prendra le nom basque de Bayonne et celui de Lapurdum devenu Labourd sera le nom de la Province.