Accueil

Contact

Liens

J'adhère

LES PINTXOS D’OROITZA

A l’image des pintxos, ces petites bouchées succulentes, méticuleusement préparées et vite consommées, Oroitza vous propose ces bribes d’histoire hendayaise sans prétention, rien que pour le plaisir d’une brève évocation du passé.

Choisissez dans la liste ci-dessous
le  "Pintxo" que vous souhaitez déguster.

1. L'Hôtel Hendayais

Le premier pintxo est consacré à l'hôtel Hendayais; il résume les recherches effectuées dans deux directions : le contenu, l’activité commerciale qui depuis très longtemps est réservée à l’hôtellerie-restauration et le contenant, l’immeuble qui en l’état actuel ou sous d’autres formes, occupe cette parcelle de terrain depuis plusieurs siècles.

Découvrir le pintxo

 
     

2. Marquet en vacances à Hendaye (juillet 1926)

Rares sont les peintres réputés célèbres à avoir posé leur chevalet à Hendaye, et les quelques petits maîtres régionalistes reconnus l’ayant fait se sont trop souvent contentés de tourner le dos à notre ville pour ne contempler que Fontarrabie.

Albert Marquet (1875-1947) fait exception à la règle et s’attarde longuement, pour notre plus grand plaisir, sur Txingudi et la plage. Certes, il ignore la ville, le port, la gare, la frontière et les Joncaux … Pour autant, ne boudons point ce plaisir et soyons-lui reconnaissant d’avoir bien voulu, il y a très exactement 90 ans, passer son mois de juillet 1926 … à Hendaye … à peindre.

Découvrir le pintxo

 
     

3. Du Sanatorium à l'Hôpital marin

Le 13 juin 1899, pour l’arrivée du premier convoi de 26 petits Parisiens qui marquait l’ouverture effective du sanatorium de Hendaye, il avait été prévu que le personnel médical serait composé d’un médecin-chef assisté de deux internes en médecine.

Des médecins-chefs, tout au long du XXème siècle, il y en eut cinq : les Docteurs Ferdinand CAMINO (de 1899 à 1919), Paul MORANCÉ (de 1920 à 1953), Jean COLBERT (de 1954 à 1987), Jean-Paul DARDEL (de 1989 à 1993) et Brigitte SOUDRIE qui assurera cette fonction à partir de 1994 jusque dans les premières années du XXIème siècle.... 

Découvrir le pintxo

 

 

   

4. Hendaye 1813

Pour Hendaye, 1813, marque douloureusement la fin des guerres de la  Révolution et de l’Empire… et, plus définitivement, la fin de quatre siècles guerre entre la France et l’Espagne ; entre Hendaye et Fontarabie. Il faut dire que depuis la fin du XVe siècle, ces guerres commencent toujours par Txingudi et la Bidassoa.

Découvrir le pintxo

 
     

5. Sur les pas de Pierre Loti à Hendaye...

Rochefort célèbre Pierre Loti, qui y est né au mitan du XIXe siècle. Sa maison a été le point de mire d’une récente actualité. Mais Paimpol en Bretagne, où il n’a fait que de brèves escales, honore aussi son souvenir. Et Saint-Pierre d’Oléron où il n’a jamais vécu, et Istanbul, et Papeete, etc...

Découvrir le pintxo

 
     

6. Pierre Loti à Abbadia

Il est à Hendaye un lieu que Pierre Loti a fait particulièrement sien; en dix ans, il lui a rendu plus d’une cinquantaine de visites, toutes consignées dans son Journal. Situé à l’écart de la vieille ville, il n’a pas été possible de l’inclure dans le parcours des Journées du patrimoine.

Ce pintxo compense virtuellement le manque. Il se présente comme le pendant du premier, mais dans un autre style.

Découvrir le pintxo

 
     

7. Les Tours de Hendaye

Depuis leur première installation sur les rives de la Bidassoa, les Hendayais ont dû affronter leurs voisins de Fontarrabie pour obtenir le droit de pêcher et commercer.

Vers 1453, un Hendayais, Munjunito de Dorrea, décidait de construire la première tour de défense, la "Tour Munjunito"; en 1618, Louis XIII ordonnera qu'une nouvelle tour de défense soit construite, et une garnison installée; en 1663 cette nouvelle tour était détruite. 

Louis XIV remplacera cette tour dès 1664; elle sera démolie en 1680 pour construire une nouvelle redoute.

Découvrir le pintxo

 
     

8. Martinet et Durandeau

Pierre RAMA, en mémoire de Marcel ARGOYTI.

Le thème choisi pour cette conférence était de rappeler l'œuvre des 2 grands entrepreneurs, Henry MARTINET et Edmond DURANDEAU, qui ont su transformer le quartier de la Plage, en supprimant 410 hectares de dunes et ravines pour en faire un quartier résidentiel recherché.

Henry MARTINET était un entrepreneur visionnaire, architecte paysagiste, et sa rencontre avec Edmond DURANDEAU lors d'une remise de prix d'architecture, sera le point de départ d'une longue collaboration ponctuée de très belles villas qui embellissent durablement notre ville.

Découvrir le pintxo

 

9. Nom et Armes de Hendaye

Distingué à la toute fin de la guerre de Cent Ans, à la faveur du traité d’Ayherre (1450) intégrant le Labourd à la Couronne de France, un petit groupement humain qui n’était jusqu’alors justifié que par l’activité de cinq grandes fermes, se prépare à une vie nouvelle de comptoir commercial … et fiscal. Très vite, il est investi par une population venue de partout, attirée par les promesses de sa situation frontalière. Situés aux confins du territoire d’Urrugne bordant la baie de Txingudi qui abrite l’estuaire de la Bidassoa, les lieux semblent alors depuis longtemps être identifiés par le toponyme de Handaye.

Découvrir le pintxo

 
     

10. Maisons détruites en 1793

En 1793, la France est en guerre contre l’Espagne (guerre de la Convention). Le mardi 23 avril à l’aube, l’artillerie de Fontarrabie bombarde Hendaye; une grêle de boulets s’abat sur la redoute et le bourg, faisant fuir la garnison et les habitants. Les troupes espagnoles occupent Hendaye pendant plusieurs semaines, elles font sauter les restes de la redoute et incendient les dernières maisons après les avoir pillées.
Quatre-vingts pour cent des maisons sont détruites.

Le bourg de Hendaye est rayé de la carte.

Découvrir le pintxo

 
     

11. Histoire de la Fête Basque de Hendaye

Comment raconter l’histoire bientôt centenaire de la Fête Basque de Hendaye ?
Alors que cette fête unique est tout à la fois singulière, collective et très personnelle…
Unique, puisque n’existant qu’à Hendaye, et jamais reproduite ailleurs en Pays Basque Nord.
Singulière, parce qu’elle se déroule dans une ville dont l’origine date de la seconde moitié du XVème siècle, qui reste la plus cosmopolite du Pays Basque.    
Collective, en ce qu’elle sait, dès 1930, rassembler toutes les générations des Hendayais et, très vite, une bonne part de la jeunesse parmi les estivants.
Personnelle enfin, car pour chacun de ses participants, ces jours de fêtes restent un moment intense et très particulier, fait d’excès, de rencontres et d’amours fugaces mais parfois très durables dont les souvenirs s’effacent rarement. 

Découvrir le pintxo